Un article de Sandrine Alric, extrait du BRYC Magazine 197 

VendeeGlobe2021 Brussels Royal Yacht Club - 1 million de skippers engagés dans le Vendée Globe Virtuel, et moi, et moi, et moi...

8 Novembre 2020, 27 skippers et 6 skippeuses se préparent à partir des Sables d’Olonne pour le 9ème Vendée Globe, je suis devant ma télé et mon ordinateur ! 13h02, le départ est décalé pour cause de brouillard... en parallèle, prêt d’un million de skippers partent pour un Vendée Globe virtuel avec le site virtualregatta.com, lancé en 2006 à l’occasion de la route du Rhum. 

 

Dans ces partants virtuels, des grands noms de la voile, Loïck Perron, ayant participé à la première édition en 1989, François Gabart, gagnant en 2013, Armel le Cléac’h dernier vainqueur en date et détenteur du record de l'épreuve en 74 jours. Et il y a moi ! novice en voile et en course virtuelle. Inscrite pour la team BRYC avec 16 autres participants.

Je ne suis pas à mon premier coup d’essai, puisque, Covid oblige, les régates ayant été annulées pour la plupart en 2020, j’ai découvert les courses virtuelles et ai déjà fait 3 courses, la Great Escape, seule, sans pack d’options, au petit bonheur la chance (9513ème sur 41253), et puis, curieuse et envie de faire mieux, je rejoins la team BRYC pour l’AG2R, bénéficie du coaching et des échanges du groupe, me lie d’amitié “virtuelle” avec la team et me "professionnalise". Je m’abonne à des tutos, des groupes de discussion, télécharge un routeur, suis des formations, essaie de comprendre la météo et les prévisions ... mince, je suis tombée dedans ! je mets mon réveil la nuit pour vérifier mon bateau, peste quand je perds des places (1945ème sur 78951) ... et me réinscris pour une autre course Cap Town Goa pour continuer d’apprendre (452ème sur 51013).

 

Evidemment, la course mythique du Vendée Globe est tentante... mais là je pars au minimum pour 2 mois et demi de course... j’hésite... la team BRYC se remet en place. Je craque. Laurent notre coach me fait gagner un full-pack gratuit, et me voilà aux couleurs de L'Occitane en Provence d’Armel Tripon.

Les stratégies se démarquent, les classements font du yoyos, la route la plus courte n’étant pas toujours la plus rapide. Il faut étudier la météo et ses prévisions, ses polaires et les changements de voile pour éviter toute erreur et perte de temps, le jeu prenant un compte une décote de temps pour chaque changement de voile et manœuvre.

 

Je commence à mettre mon réveil la nuit pour vérifier la météo ... j’ai déjà eu une mauvaise surprise sur la Goa et perdu 200 places dans la nuit alors que j’étais 200ème ... Quatre mises à jour météo par jour, il ne faut pas les louper. Je découvre ce qu’est le “pot au noir”, étudie les trajets, prend une option ouest qui s’avèrera payante, je suis dans les 5000 premiers au Cap de Bonne Espérance, devant Peyron, Gabart et le Cléac’h, et ça c’est bon ! je reste très engagée, arrive même au classement de 2250ème ... et là, tout s’effondre, un call professionnel (ben oui, j’ai quand même un boulot), me fait oublier mon bateau pendant 1h, Sand_to_see franchi la Zone d’exclusion Antarctique. Conséquence, -70% de vitesse, je me retrouve à 4 nœuds, perd 1h au classement et 15000 places, je vois passer devant moi tous les skippers que j’ai mis un mois jour et nuit à doubler ... c’est la déprime totale, découragée, abattue. Bon, il faut quand même continuer, tant pis, je ne serai pas dans les 5000 premiers .... Il me reste encore autant de route à faire, et tout peut arriver, des bonnes comme des mauvaises, il faut se reconcentrer et tenter de grappiller quelques places et assurer des points pour la team BRYC. Je passe le Cap Horn la veille de Noël dans les 15000 premiers. La remontée vers les Sables sera longue, une météo plutôt clémente, pas de grosses difficultés.

L’arrivée aux Sables se rapproche et la météo devient plus compliquée, une route plus directe à l’est est jouable, mais une dépression à l’ouest peut être un tremplin plus rapide, je décide de prendre ouest en espérant que la dépression garde bien son cap. Bien m’en a pris ! je gagne des places au classement, je continue d’ajuster mon cap au mieux le plus souvent possible.

 

Les premiers skippers virtuels arrivent au matin du 16 janvier, j’arrive l’après midi après 69 jours, 3h et 25 mn, 6780 ème sur 1056779 inscrits, seconde sur le podium de la team BRYC derrière Yves.

 

Les skippers engagés sur le Vendée Globe réel sont toujours en course et les premiers devraient arriver autour du 27 Janvier 2021 et nous tiendront en haleine jusqu’au bout. Je leur rends ici hommage, ils réalisent un énorme exploit et sont vraiment des héroïnes & héros à mes yeux. Un grand merci à ma team BRYC et aux autres équipes Belges avec lesquelles nous avons pu échanger, ce fut une très agréable aventure ! On y retourne ?

 

Sandrine Alric pour le BRYC Magazine 197  parcourir tous les BRY MAGazines

 

 

facebook Brussels Royal Yacht Club - 1 million de skippers engagés dans le Vendée Globe Virtuel, et moi, et moi, et moi...twitter Brussels Royal Yacht Club - 1 million de skippers engagés dans le Vendée Globe Virtuel, et moi, et moi, et moi...linkedin Brussels Royal Yacht Club - 1 million de skippers engagés dans le Vendée Globe Virtuel, et moi, et moi, et moi...